lundi 12 juin 2017

Mon petit casting de rêve

On ne peut pas dire que notre film est un modèle du genre "ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants". Non vraiment pas. Là on se dirige plutôt vers "elle se maria une fois alors qu'elle avait déjà un garçon et puis elle a eu une fille et puis et puis...".

Je ne sais pas pour vous, mères de familles recomposées (donc préalablement décomposées), mais je suis toujours un peu mal à l'aise quand il faut "raconter" les pourquoi et les parce que. Les pourquoi pas tous le même nom de famille, pourquoi une autre union et un autre enfant d'ailleurs. Certes, parfois, "ça te regarde pas" ou "de quoi je me mêle ?", ça met fin au débat mais pas à la petite boule qui gonfle en hurlant "mais que vont-ils penser de moi ?". 
Et puis, je regarde mes Trois, qui comprennent ou qui ont compris, avec mes mots, nos mots, des livres parfois et qui sont une vraie fratrie, même avec toutes ces années qui les séparent et leurs histoires qui s'entremêlent.

Alors mon film n'est pas un modèle du genre mais ses héros, mes personnages principaux, eux vraiment, ce sont des modèles.

Le Grand, héros malgré lui
Avec le Grand (que vous avez connu sous le nom de Grand Haricot sur l'ancien blog), nous venons de vivre trois années très compliquées qui viennent juste de prendre de fin. Il est celui des trois qui me ressemble le plus physiquement et dans ses goûts. Il aime lire, il aime le français et a une finesse incroyable. JAMAIS il ne prendra le risque de m'écrire en écriture textologique parce qu'il sait que je déteste ça. Il est TRES doué en orthographe et très doué à l'école d'une manière générale. Même en maths, du coup on pourrait douter que cet enfant soit de moi. Cette facilité lui fait souvent penser qu'il peut se dédouaner de tout le reste (petites corvées etc) mais je veille au grain. 
C'est mon premier enfant, né alors que je n'avais pas encore 18 ans. Pour lui, je me suis accrochée à mes études longues et j'ai bossé plus dur que jamais. Pour lui je voulais toujours être la meilleure. Ça me fait rire aujourd'hui : je voulais tout le temps qu'il soit propre sur lui et il m'a fallu quelques mois pour me détendre et accepter qu'un gamin plein de terre est un gamin qui a joué.
Il a mangé des blédina (et même de la Blédine dans ses biberons le pauvre) et plein de trucs pas bio et pas faits maison, mais il se porte bien. 
Il a 17 ans aujourd'hui et il va passer le bac français. Il termine l'année avec les félicitations et un comportement qui s'est amélioré. Je suis fière de lui parce qu'il a donné le meilleur. 
Il a cette singularité que n'ont pas ses sœurs d'avoir eu sa maman pour lui tout seul pendant 6 ans. Il a été un bébé parfait comme on en voit dans les livres. Il a fait ses nuits tôt, aimait jouer seul pendant que je révisais, et il a eu un allaitement mixte comme sur des roulettes. Comme s'il savait que Maman avait besoin de ça... Il est celui qui a eu la maman la plus pêchue. Je sortais en boîte fêter mes exams, j'attendais qu'il dorme pour partir et de retour à 6 heures je rempilais sur un biberon (je ne pourrais plus faire ça aujourd'hui, la moindre nuit blanche me rend KO pour 8 jours !).
J'ai cru ne jamais pouvoir encaisser son départ à 14 ans, pour "voir ce que ça fait de vivre avec papa". Mon cœur lui en a voulu pendant des mois (des années ?) et ça se manifestait par une sorte de mur entre nous deux qui s'est effrité pour enfin s'effondrer.
Que vous dire d'autre ? Il est infiniment grand et dépasse le mètre 80, infiniment mince alors qu'il mange comme quatre ou plutôt comme dix ! Il a du mal à lâcher son téléphone mais il suffit d'un regard pour qu'il comprenne qu'il doit le remiser au fond de son sac. Parfois je me dis que je ne sais pas y faire avec lui et que les ados c'est pas mon truc. Et puis il m'appelle, me demande mon avis, se confie sur ce qui le tracasse et je me dis que je ne suis pas si mal. Je sus fière de lui et fière de nous parce que nous avons connu des moments difficiles quand il était petit.
Son joli prénom commence par un M.

Mon Grand et ma toute petite

La Boubou, ma cosette tout en musique
Ma Boubou... (aka la Fève sur l'ancien blog mais Boubou lui va si bien dans la vraie vie). Que vous dire de cette petite fille châtain l'hiver et blonde l'été... Elle a été mon bébé-fusion. Collée à moi tout le temps. Dans mon lit, dans mes bras, allaitée pendant... 21 mois ! C'est une petite fille qui prend son temps depuis toujours. Du temps pour arrêter le sein, du temps pour marcher (19 mois !), du temps pour être propre. Aujourd'hui, elle prend son temps aussi pour dessiner la "robe de mode" parfaite - "c'est une collection très chère Maman, ça coute 6 euros !" - pour s'habiller le matin, pour manger, pour raconter des histoires... 
Pour comprendre les choses, il lui faut des livres. Autant vous dire qu'à 6 ans, elle a déjà une grosse bibliothèque. Elle a des petites phrases que sa maîtresse appelle les "sorties de la Boubou".
Pendant la varicelle : "J'étais tellement heureuse Maman quand j'avais pas de boutons !"
Après ma coupe de cheveux : "Je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'es coupée les cheveux, mais c'est ta liberté...un peu comme Vaiana !"
A l'école : "Maîtresse, pas la peine de me gronder, si je ne me tais pas c'est paske t'as pas demandé le silence !"
Elle est tellement belle que je me demande comment c'est possible. Son sourire, c'est du miel. La Boubou est aussi une petite cosette en puissance. La mine triste, les épaules basses, jamais contente, tout le malheur du monde sur ses épaules. Parce qu'elle ne peut pas aller chez sa copine après l'école, parce qu'elle ne peut pas avoir la poupée Vaiana tout de suite, parce qu'elle ne peut pas manger de cookies au dîner. Elle idolâtre son papa et sa maman et c'est aussi le pot de colle de son beau-père, encore plus depuis qu'elle n'est plus la seule petite fille de la maison.
Elle aime la musique par dessus tout. Elle ne peut pas jouer seule dans sa chambre sans le fond sonore de sa petite radio, ce qui la rend incollable sur les tubes du moment. Elle a la musique au cœur et au corps. Je l'ai filmée en train de chanter (en yaourt) et de danser sur Shape of You d'Ed Sheeran, c'est à pleurer tellement c'est beau. 
Ce qu'elle tient de moi ? C'est l'amie des animaux et de la nature. Ses sorties préférées sont la cueillette (je pense qu'on a testé toutes celle d'Ile de France !) et le refuge pour animaux où elle dépose des draps et des croquettes et demande à adopter "les petits chats, juste un ou deux". Elle se débrouille bien sur son poney et elle veut continuer l'année prochaine (je pleure en pensant au prix à l'année...). Elle aime le violet, les robes qui tournent et les princesses.
Aux présidentielles, elle aimait bien "la dame blonde" (qu'elle appelle Marine Bleupen), du coup je lui ai expliqué un peu ses idées à la dame, alors elle s'est rabattue sur "Bénoit" (l'accent est important) puis sur Macron même si "sa femme aurait pu mettre du violet quand même !". C'est encore mon bébé, qui regarde Koh Lanta dans mes bras et ne s'endort pas sans mon bisou...
Son prénom commence par un E et lui va comme un gant.
Petite fille bronzée et beagle abandonnés

Petite Fleur, le bébé gym-tonic
Petite Fleur ferme le trio. Surveillée comme le lait sur le feu, née avec trois semaines et réhospitalisée à cause d'une jaunisse tenace. Petite Fleur a fait vaciller toutes mes certitudes sur l'allaitement alors que je pensais être hyper bien rodée : muguet, candidose (miam), mauvaise position, nous avons mis du temps pour trouver notre rythme. Elle est petite et potelée mais comme sa sœur, elle prend son temps pour prendre du poids. Ses plus beaux sourires sont pour son grand frère.
Elle est plus tonique et motrice que les deux grands : elle se retourne déjà et arrive à se déplacer sur le grand lit. Elle aime bien nous filer des coups de poings et des coups de pied mais on lui pardonne tout, même quand elle nous fait pipi dessus, ce qui arrive trois fois par jour.
Elle pète très très souvent et ça la fait rire. La varicelle l'a rendue nerveuse et colérique et a perturbé son sommeil. On ressemble à des hiboux, on est sur les rotules, mais on lui pardonne. 
Elle a un petit cou qui sent bon le lait et le bébé et des pieds tout doux... C'est un bébé quoi. Mais le plus beau bébé forcément.
Son petit prénom commence par un R (facile à deviner !).
Bébé chat ♥


Voilà mes petits, mes amours, ma vie. Des enfants, des guerriers des mésaventures familiales, mes trois mousquetaires qui jouent ensemble malgré leurs années d'écart. 
M, E, R... "Il manque le E pour faire MERE" nous a dit la Boubou.
"Ou le A pour faire AMER !" j'ai répondu après une nuit sans sommeil.
Ils sont ma mer à moi, pleine de vagues et de tempêtes mais sans laquelle ma vie serait bien morose...♥
Mes amours, je vous le dis depuis que vous êtes nés : je vous aime comme ça (en ouvrant grand les bras).

2 commentaires:

  1. Poulette Dodue12 juin 2017 à 15:26

    Quelle belle famille <3
    Pour les questions sur la famille "recomposée" j'ai envie de dire; si toi et tes enfants avaient trouvé vos marques et bien OSEF.
    Il n'y a plus de "modèle" familial, l'important c'est que chacun est sa place et soit bien dans ses pompes !
    Pour ma génération, notre schéma famille (pourtant pas ouf)étonnait...genre ma ptite soeur (fille de mon papa, mais qui n'a pas la même maman )venait passer les vacances chez nous enfant.
    Nous sommes un trio de frangines proche aujourd,hui et c'est top.
    Au passage je note que Le Grand a le niveau !! (huhuhu)

    RépondreSupprimer