mercredi 30 novembre 2016

Nanette au Casino de Paris

Dimanche matin, j'étais avec ma fille au Casino de Paris. Pour le spectacle de Peppa Pig, un dessin animé que je déteste, que ma fille ne regarde pas plus que ça mais nous avions des places et les spectacles à Paris, on adore ça.

Le Chéri nous a déposé en voiture à l'issue d'un trajet de 35 minutes à visées culturelle et géographique :

- Boubou regarde : là c'est Notre Dame, la magnifique église ! Elle est tellement grande qu'on l'appelle cathédrale. Tu la vois ? (Nous LONGEONS Notre Dame, parfaitement visible et énorme depuis la voiture)

- Nan je la vois pas ! C'est encore loin Peppa Pig ?

- ... Et là, tu vois, c'est la Place Vendôme, c'est très joli. Il y a des boutiques qui vendent des colliers très chers tu sais !

- Tu m'achèteras un collier Peppa Pig ? Et c'est encore loin ?

Je pense, et vous en conviendrez, qu'il est inutile de commenter le comportement inculte de cette enfant qui préfère un cochon qui parle à la beauté de notre belle capitale.

Nous voilà sur place. Je jubile parce que nous sommes très très bien placées. C'est pas que j'ai envie de bien voir le cochon qui parle mais ça m'évite d'avoir une petite fille qui gigote sur les genoux.
Il y a du monde autour de nous, un joyeux brouhaha d'enfants impatients. Je suis installée bien confortablement dans une loge bien en face de la scène. Avec un Monsieur Beau gosse et sa fille. Deux mamans discutent à côté de moi et me filent la nausée malgré mon deuxième trimestre bientôt terminé :

- Nan mais tu sais que je suis pas à l'aise dans une salle de spectacle avec tout ce qui s'est passé (jusqu'ici tout va bien, je ressens la même chose). Les portes vitrées à l'entrée c'est bien joli, mais un coup de fusil d'assaut ça te pulvérise tout ça (j'hyperventile en serrant très fort ma Boubou).
- En même temps, on ferait des bonnes cibles là ! Dans une salle de spectacle, à Paris... pour un spectacle pour enfants qui met en scène une famille de porcs ah ah ah ! (ça y est, je vais vomir. Et tout à coup, j'aime Peppa et tous ses amis).

Le Monsieur Beau Gosse lève les yeux au ciel en me regardant. Ah, les lumières s'éteignent et nous évitent d'autres commentaires nauséabonds sur le rapport entre Peppa Pig et le terrorisme. Y'a tellement de cons partout, c'est ouf.

Le spectacle peut commencer :

- Les amiiiiiis voici Peppa ! Mais ouiiiii Peppa Pig !!! Peppa Pig est la plus gentille des petites cochonnes !!! C'est la plus coquine des cochonnes !!

Et tout à coup on l'entend... Le rire général...des PARENTS. Contenu, étouffé, mais bien là. Le sous-entendu nous a tous réveillés et c'est avec un œil nouveau et attentif que nous suivons les aventures de la plus gentille des petites cochonnes. 

Bravo les auteurs !


P.S : Le spectacle était très sympa, les enfants ont participé dans une super ambiance. Peut-être un peu naïf pour ma Boubou mais elle a apprécié quand même.
Carton rouge comme à chaque fois pour les ventes de produits dérivés hors de prix avec une mention spéciale au bâton lumineux à 10 balles.

lundi 28 novembre 2016

Six mois sans doigts

Pour mes deux précédentes grossesses, j'ai été suivie en clinique privée (rose et jolie) et dans un hôpital public (vieux et pas très beau).
Les deux fois, je ne me suis pas posée la question de la surmédicalisation de la grossesse, des examens superflus etc... Et pour les suites de couches, c'est pareil. J'ai aimé mes deux séjours à la maternité, le premier en chambre individuelle et le second avec une jeune femme dont le bébé dormait une minute après l'absorption du biberon (la honte quand ta gamine ne dort jamais).
Quant aux examens, je ne les ai jamais trouvés "de trop", au vu des petits pépins que j'ai pu avoir les deux fois. Les hôpitaux ne me mettent pas mal à l'aise et je le vis à chaque fois comme un rendez-vous avec mon enfant. Et avec la balance (cette grosse catin menteuse).

Cette fois, je suis "inscrite" à la maternité mais suivie (de près, à cause de deux accidents avant) par une sage-femme "de ville", qui elle, communique avec la maternité puisque je suis classée "à risque" (petit le risque).
Ma sage-femme est sympa et adore parler de bouffe, tout en me faisant la guerre pour les kilos (c'est le seul point qui me dérange vraiment chez elle, mais j'en reparlerai). Elle est hyper vigilante sur ma tension qui a tendance à grimper, sur mes kilos donc, qui arrivent par deux, sur mon placenta qui doit bien faire son boulot sinon gare mais elle ne "m'examine" jamais.
Et ouais, pas de doigt. Ni un, ni deux. En six mois, aucun tâtage de col. Et je dois dire que je trouve ça pas mal.

Ceci dit, je pense avec une nostalgie gênée à mon Dr Turc, qui, alors que j'étais enceinte de 6 mois de ma Boubou, avait grimacé en m'examinant et avait prononcé ces phrases inoubliables :

"Vous êtes très constipée non ? Ah oui, là vous êtes très très constipée !".

Je me refuse aujourd'hui à penser à ce qu'il a senti ce jour-là. J'ai mangé mes fibres et avalé un sachet de Forlax tous les matins en ne pensant qu'à mon bébé et pas à mes quelques crottes coincées là où un index vicieux a pu les sentir. LA HONTE.

Mais là rien. Si elle avait voulu au début, j'aurais refusé, les trois premiers mois, toute tentative d'approche de cette zone étant relativement compliquée pour moi (pardon chéri). Mais elle ne l'a jamais proposé, jamais. On fait une petite écho de contrôle systématiquement, la fameuse pesée (qui me gonfle et me déprime), on lit ensemble les détails des analyses pipi... Mais pas de doigts !

Mardi dernier, une douleur à la con qui m'a pliée en deux, m'a conduite aux urgences et pour la première fois en six mois, on m'a demandé (et pas informée, ça c'est plutôt cool) si je voulais bien qu'on m'examine. Bon, hein, j'ai pas aimé, mon col et moi on n'est pas particulièrement potes il faut dire. Et pourquoi, bordel, j'ai toujours l'impression qu'elle va toujours cherché mon col au fin fond du Bengladesh ? Mais il fallait être sûrs, savoir d'où venait cette fichue douleur (RAS, ouf !) alors comme à chaque fois, je me suis crispée quand on m'a dit de me détendre et voilà.

Tout ça pour dire quoi déjà ? Pas grand chose en fait. Ça ne m'a pas manqué, mais j'ai réalisé que j'entrais dans mon dernier trimestre et que sans doute, mes prochains doigts mesureront mon degré de dilatation ♥ (bon appétit).
Quand à la Mini, elle pousse toujours très bien, me bouffe toutes mes réserves d'énergie, de fer, de globules rouges et fait très régulièrement grimper ma tension. Elle bouge et j'aime ça 4 fois sur 5.
TOUT VA BIEN.

NON, ça ne s'est pas toujours appelé Twix (espèce de sale jeune !)

jeudi 17 novembre 2016

J'ai encore rêvé d'Elle

Cette nuit, j'ai encore rêvé d'elle. De la petite fille que j'attends et qui devrait arriver au début du mois de mars.

Dans mon rêve, elle était toute petite, comme son frère et sa sœur qui pesaient moins de trois kilos quand ils sont nés.

Dans mon rêve, elle n'avait pas du tout de cheveux et une petite bouille fâchée comme ma petite Boubou. Je les présentais l'une à l'autre et c'était bien.
Je la posais dans les bras de son père et c'était bien.

Dans mon rêve, on ne me posait aucune question sur le pourquoi du comment, ni si c'était voulu et par qui. Je ne ressentais pas cette petite gêne atroce quand je dois expliquer les choses, les noms de famille qui seront différents.
Dans mon rêve tout le monde était content et fêtait cette petite fille qui a tenu bon après deux qui n'ont pas voulu s'accrocher.

Dans mon rêve, le plus beau c'est que j'étais vraiment jolie après avoir accouché. C'est pour ça que ça s'appelle un rêve ! Dans la vraie vie je prends les kilos par deux depuis deux mois et j'ai une mine affreuse.

Dans mon rêve, cette petite fille, on l'appelait Victoire et pourtant je n'aime pas forcément ce prénom.

C'était un joli rêve même s'il y avait plusieurs de mes angoisses dedans. Un rêve qui me donne envie d'écrire un peu plus ici, sur mon blog paisible où je peux dire absolument tout ce que je veux.
Et pas seulement en rêve.


 

mardi 20 septembre 2016

Epilogue de l'affaire du poney

Jamais dans toute l'histoire de la bloguerie (je suis modestie), les expressions "on s'en fout" (hashtag OSEF) et "c'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup..." ne se sont aussi bien appliquées à des billets.

Donc, je vous la fais courte, parce que c'est vrai, mes gosses ne sont pas les seuls en France et donc on s'en fout un peu qu'ils fassent ou non du poney (de toute façon le Grand préfère les Pokemon).

Donc je vous la fais courte. Je suis allée dans la ville voisine avec une keupine et j'y suis allée de mon bonnet E avec le mec des inscriptions au poney.
Il était laid, donc croyez-moi, ça n'a pas été simple, surtout que j'affiche une circonférence loin, très loin, à des années lumière de la sexy attitude. Mais bon, c'est pas le sujet du jour.

Donc j'ai mis mon plus beau décolleté et j'y suis allée de phrases choc genre :

- "La petite a TELLEMENT envie de faire du poney. Avec sa keupine, qui est la fille de ma keupine que vous voyez là, ce serait mieux encore !".

- "Vous savez que j'ai fait 8 ans d'équitation ? Ah ? Vous ne le saviez pas ? Je MONTE super bien ! Votre prénom c'est quoi déjà ?" (on est d'accord que ceci s'apparente à de la prostitution, mais je suis capable de tout pour mes enfants - sauf bouffer de l'andouillette, faut pas déconner)

- "Nous ne sommes pas de cette ville, mais dis donc, qu'est-ce que vous êtes accueillant par rapport à votre confrère de chez nous. Il a fait aucun effort pour nous filer une date correcte !"

- "C'est la rentrée donc les finances sont pas au top mais si je vous file 20 euros, je peux avoir le cours du vendredi soir pour ma fille. SILVOUPLE ?"
 
Bon, rien n'a marché évidemment MAIS, je l'ai fait rigoler. Parce que j'exagère à peine là, j'ai fait le show, comme quand je vais au resto et que je drague de jeunes serveurs rouges de honte (ou morts de rire). Ma copine avait envie de disparaitre. Mais... Homme qui rit, te file l'horaire du vendredi. On obtient tout par l'humour sachez-le. Ma Boubou aura donc droit à sa séance hebdomadaire de poney le vendredi soir de 17 à 18h00. BAM. Victoire de Nanette. Avec une place pour sa copine en prime.
Une fois sur deux, ce sera son papa qui s'y collera mais c'est sur le chemin du retour de l'école, donc a priori ça ne pose pas de souci. Bon, ils arriveront très en avance mais c'est mieux que rien.

Boubou et Loustic le poney (prochaine étape, les JO)
J'étais tellement fière de moi que j'en aurais pleuré. Après m'avoir délestée du règlement par chèque du premier trimestre de poney (= un rein et demi), le jeune homme pas beau m'a dit avec un clin d'oeil :

- Il restait deux places le vendredi vous savez. J'aurais inscrit les petites même sans votre numéro. Mais bon, j'ai bien rigolé quand même ! Bonne soirée !
Lous
Loustic le poney s'est un peu lâché avant le parcours !


P.S : J'avais dit que je vous la faisais courte mais, si vous êtes ici c'est que vous me connaissez un peu. Je parle trop !

lundi 12 septembre 2016

J'peux pas, j'ai poney (ou presque)

La rentrée avait super bien commencé pourtant. Une nouvelle école pour ma fille, certes, mais en face de chez nous. Une nouvelle rentrée "sans" mon fils, certes, mais des relations apaisées, la presque fin de cette petite rancœur à deux balles que je ressentais. 

Et puis, nous avons décidé qu'il était grand temps pour la Fève (aka Boucles d'Or, aka "Boubou" - on a les surnoms que l'on mérite), de pratiquer un sport. Direction le forum des associations, ou plutôt la foire aux assos : toute la ville dans un gymnase bondé.
Notre Boubou nationale savait déjà qu'elle voulait faire du poney et/ou de la gym. Ça tombe bien, y'a tout ça dans notre ville. Gym...le samedi. Poney le mercredi OU le samedi OU le dimanche.

Parfait me direz-vous. Sauf que l'espace d'une seconde j'ai zappé les "un week-ends sur deux" et "un mercredi sur deux". Fuck. Damned.
Nous sommes quand même allés faire les séances d'essai ce samedi, histoire de voir si la petiote accroche bien avant de lancer la négo obligatoire pour les familles décomposées.
Ça n'a pas loupé. Onze kilomètres nous sépare du domicile paternel, mais, ceux qui connaissent The Banlieue Parisienne (ok Paris c'est plus pire), savent que 11 km = 40 putain de minutes.

La négo a tourné en jus de boudin. Fallait-il oui ou non ajouter encore un peu de temps de trajet en voiture le mercredi midi pour une petite heure de poney ? Et QUI allait donc faire ces foutus trajets ? Fallait-il payer une année entière de cours (pas donné le poney) pour qu'elle y aille seulement une fois sur deux (donc qu'elle ne progresse pas et ne crée pas de liens amicaux et ponesques) ? Ou encore, fallait-il l'inscrire dans DEUX clubs équestres différents chez Lui et chez moi (avec les mêmes inconvénients que le cours une fois sur deux) ?
A cause de ses petites catins vicieuses qu'on appelle Hormones, je me suis mise à chialer. Comprenez-moi : c'est comme si ma mission de mère en 2017 était de coller cette enfant sur un cheval. Coûte que coûte. Je crois que les raisons de l'Ex et les miennes étaient tout à fait justifiées (enfin, comme c'est mon blog, je vous demande d'être de mon côté), mais je pense être celle qui a gueulé le plus fort, ruinant trois années d'effort post-divorce pour établir des liens apaisés.
Mon poney, ma bataille (pardon)
 Évidemment, cette foutue culpabilité est revenue en force : c'est ta faute, ce sont tes choix, ta fille ne sera JAMAIS championne olympique d'équitation et encore moins de gym ou de quoi que ce soit. J'en rigole hein, mais ça m'a fait et me fera toujours une petite boule un peu dégueu au fond de la gorge...

Bref, ma mission de mère de 2017 sera finalement de trouver un club de gym ou de poney avec des séances en semaines. Vous me souhaitez bon courage ?

lundi 1 août 2016

La rénovation du P'tit Bureau #2

On en était où déjà ? Ah oui, donc ma Boubou et moi sur Pinterest. Il y avait de très très jolies rénovations, la plupart du temps avec le plateau du bureau peint en couleur.
Nous, on a choisi de faire soft et nature en repeignant juste l'armature métallique et en laissant au plateau et les boiseries leur coloris bois. La touche de fantaisie de Boubou : des motifs au pochoir. Au départ, en forme de lettres de l'alphabet. Et finalement, en forme d'étoiles. 

L'étape suivante fut évidemment l'opération Casto + rayon bricolage d'Auchan pour acheter :

- du papier à poncer pour le bois
- de la peinture avec anti-rouille inclus pour les tubes métalliques
- du vernis coloris chêne moyen
- des pochoirs en plastique (parce qu'on avait TOUT sauf les étoiles)

Il nous restait de la peinture blanche pour faire les étoiles au pochoir et de la pâte à bois pour combler les irrégularités du bois (le petit pupitre étant très très ancien).
Au boulot !

Le dossier en cours de réparation à la pâte à bois
Le dossier, c'était un peu casse-gueule. Alors que je pensais que c'était un "vrai" morceau de bois, il était constitué de lamelles hyper fines de bois, toutes collées les unes aux autres. Enfin ça c'était avant, parce que le P'tit Bureau ayant séjourné sans doute sous la pluie, les lamelles ont gonflé et gondolé.
Pourquoi ne pas carrément racheté un dossier ? Parce qu'il me fallait un morceau de bois incurvé (pour le confort) et sur mesure pour que ça ne jure pas. Et le but de cette bricolette estivale, c'est de ne pas me ruiner. Voilà. Donc, la pâte à bois. On comble, on laisse sécher, on ponce un peu à la main, on recomble etc... Ne lésinez pas sur le temps de séchage, il faut que ce soit bien dur (CLBDMG ♥).
Ensuite, j'ai poncé et reponcé les pièces en bois, pour un rendu bien lisse, histoire d'éviter les échardes. 

Une fois le bois bien lisse, doux et surtout dépoussiéré, j'ai pu m'attaquer aux pochoirs, sur le plateau et sur le dossier. C'est la partie la plus sympa, mais la plus méticuleuse aussi parce qu'il faut éviter au maximum que la peinture passe sous le pochoir.

C'est de la peinture dans le pot à fromage hein.

C'est beau.
On est vernis.
J'ai maintenu le pochoir et laissé la poupette se faire plaisir en tapotant ses étoiles à la peinture blanche, sans trop surcharger. Comme nous voulions quatre étoiles, il a fallu attendre pour chacune que la précédente sèche avant de peindre. Par chance, la peinture blanche classique séchait très vite.
Et le résultat nous a beaucoup plu. Nous avons ajouté une étoile devant et une derrière le dossier puis nous avons verni après le séchage de la peinture.
 
Petit à petit, on avançait mine de rien. Le gros du boulot fut de repeindre l'armature métallique à la peinture spéciale métaux (avec anti rouille inclus pour éviter la corvée de Frameto). La première couche servant de primaire d'accrochage, il en a fallu deux de plus pour avoir un joli résultat brillant et propre. 
Et pour cette étape-là, je m'y suis collée toute seule, en plein milieu du salon. Très mauvaise idée puisque l'odeur de cette peinture sans odeur m'a collé aux narines pendant plusieurs jours. 

Le résultat de notre travail nous a plus que ravies toutes les deux. Ma Boubou a tourné autour sans oser s'y asseoir pendant un bon quart d'heure ! Tadaaaaaa !
 





 


 
 
 
 
 
 






lundi 25 juillet 2016

La rénovation du P'tit Bureau #1

Ma Boubou a une petite chambre. Elle n'a pas de bureau donc elle dessine / crée en perles à repasser / fait de la pâte à modeler... sur notre table basse.
Ses pauvres gambettes ne passant plus dessous, nous nous sommes mis en quête du petit bureau idéal. Après avoir écumé les magasins de jouets, une évidence : pas d'horreur signée Smoby ou autre Berchet dans mon salon. Je voulais un truc qui lui plairait mais qui s'accorderait tout de même un peu avec notre intérieur et qui tiendrait dans le temps.

Ça faisait un sacré bail que je n'avais pas chiné et rénové un meuble (dire que j’adore ça est un euphémisme, je me suis même fait des sous en le faisant) donc je me suis mise en quête et j'ai trouvé un petit bureau d'écolier en... septembre 2015. Hum.

J'ai donc pris ma batmobile et je suis allée chercher la merveille poussiéreuse et rouillée qui, visiblement avait du passer une nuit ou deux sous la pluie. Incontestablement bio, il y avait même des petites toiles d'araignée partout ♥.
Voilà la bête telle que je l'ai récupérée (10 balles sur Le Bon Coin + 23 km en bagnole).


La première étape fut évidemment de dépoussiérer et nettoyer tout ça. Puis, brosser grossièrement sur la rouille pour enlever le gros de la poussière rouillée (ce sera déjà ça de fait avant de poncer).
Ensuite, la partie bricolo : TOUT démonter. Soit avec de l'huile de coude, soit avec une bonne visseuse/dévisseuse (rapide et très pratique pour déloger les vis rouillées). Donc désolidariser le plateau, l'assise, la planche dans la "case" et le dossier, de l'armature métallique.

La grosse Black & Decker

J'ai un peu grillé les étapes en commençant à poncer AVANT de tout démonter, mais ne faites pas ça parce que ça devient vite chiant. Pour poncer le métal, vous pouvez aussi utiliser le l'huile de coude. Moi je préfère ma ponceuse adorée (à MOI), une Bosch que j'aime tellement que je voudrais tout poncer avec ! Elle a un look et une forme qui la rende bien facile à manier. Idéale pour les tubes ronds de l'armature métallique du P'tit Bureau. J'ai acheté du papier à poncer spécial métal et roulez poncez jeunesse !

Ma précieuse


Pendant le ponçage




Après tout ce ponçage, j'ai fait une pause... de plusieurs mois (ouais ouais). J'étais super satisfaite du rendu des tubes métalliques : bien lisses et régulier. A la base, j'avais failli louer une sableuse pour obtenir un résultat similaire ; j'ai donc bien fait de ne pas le faire.
Mais j'ai eu plein de trucs à faire, la flemme de m'y remettre (ça m'arrive rarement pour ce genre d'ouvrage pourtant).
Et puis j'ai fureté ça et là et interroger ma fille pour savoir quelles couleurs lui feraient plaisir. Bon, allez j'avoue, j'ai attendu quelques temps qu'elle sorte du "je veux du rose, tout tout rose !".
Finalement, on s'est installées toutes les deux avec l'iPad et j'ai fait avec elle des recherches sur Pinterest (what else ?) pour avoir des exemples et, croyez-moi, il y en à foison !


Nous nous sommes mises toutes les deux d'accord sur un modèle et sur des petits motifs sympas.
Il n'y avait plus qu'à ! La suite au prochain épisode : de l'amour, de la peinture, encore du ponçage et un peu de vernis !