jeudi 16 avril 2015

15 - 4 - 33 (n'en jetez plus la coupe est pleine)

QUINZE. 15 ans, c'était le 12 mars. Ca faisait 15 ans de maternité pour moi.
Est-ce que c'était l'heure du bilan ? J'en sais rien. Mais pour la deuxième année consécutive, je me suis sentie un peu bizarre.
Deux ans qu'il vit chez son père et que, après quelques mois de tâtonnements, il s'y sent globalement bien. Deux ans que subsiste en moi, un petit, tout petit sentiment honteux de gamine. Une maman gamine qui se sent un peu trahie et un peu (beaucoup) jalouse.
Parce que je voulais MOI, faire avec lui des fiches de révision du brevet. Je voulais MOI, faire le flic pour que ses notes restent excellentes.
Il a été presque tout à moi pendant 13 ans et je l'avoue, ça me fait mal au cul de le savoir ailleurs, fut-ce avec son père. Voilà, c'est dit. (smiley rougissant et soulagé).

Bref, on a quand même mangé, soufflé les bougies et il a aimé son cadeau. Et moi en voyant les 15 bougies s'éteindre en même temps, j'ai souhaité de tout mon cœur que nous retrouvions notre complicité.
J'ai pensé à Cécile qui un soir, nous a dit au resto "je m'éclate avec mes ados". Moi aussi, un jour peut-être.
La tarte.

QUATRE. 4 ans, c'était le 7 avril. A base de Reine des Neiges (découverte sur le tard, toutes les deux - bordel, mais qu'ai-je fait ?), de Dr la Peluche, de livres d'histoires, de tarte aux fraises maison et de bonbecs.
C'était surtout un moment très chouette. L'année dernière, les trois ans de la Fève ont été fêtés dans une sorte de brouillard sur fond de divorce, cette année, l'équilibre, elle l'a trouvé.
Comme je suis une supermaman, je lui ai préparé une vraie fête d'anniversaire...avec UNE copine. Comme elle voulait. "Pas celles de l'école parce que je les aime bien mais j'ai pas envie". Voilà, voilà.
Bref, 4 ans. Je ne sais pas quoi vous dire sur cet âge : elle parle, elle court, elle marche, elle n'est pas très au point niveau propreté nocturne... Ah si : ELLE VEUT TOUT TRANSFORMER EN NEIGE.
On est foutus et surtout pas du tout prêts d'être libérés ou délivrés. Amen.
Bottes en caoutchouc et survêt'. Voilà.
TRENTE-TROIS. Ce sera le 21 avril. C'est tout. Rien à dire et surtout pas "l'âge du Christ gnagnagna".
De toute façon, depuis mes 26, c'est de pire en pire alors...
Ce sera le 21 avril. En attendant, dites TRENTE TROIS, TRENTE TROIS...

mardi 24 mars 2015

Le retour du come back des aiguilles

Ca va faire 22 ans que je sais tricoter. HUM. En vrai, ça va faire 22 ans que je connais le point mousse.
Je crois qu'à une époque je tricotais en jersey aussi... de longues et interminables écharpes.
Des écharpes pour poupons, des écharpes pour Barbie (j'avais la Barbie parfum de rêve et la Barbie Féérie ♥) et des écharpes pour moi.
Parce que je ne savais pas faire les augmentations, les diminutions, les boutonnières, les encolures, les points de côte, le point de riz etc etc etc...

Plusieurs fois j'ai tenté un come back des aiguilles. En 2012 je crois, j'en ai racheté deux paires d'aiguilles en bambou et j'ai fait...une écharpe (ouais ouais c'est bon...).

Cette année je me suis dit : soit tu te remets à courir, soit tu te remets au tricot... Bon hein. Matez le titre et vous aurez tout compris.

J'ai repris ma laine et mes aiguilles et surtout, j'ai découvert Woolkiss ♥ Un peu par hasard (je rappelle que je suis la fille qui découvre tout trois ans après les autres. Genre j'en suis à la saison 3 d'Engrenages). Le coup de foudre.
Woolkiss, c'est Laure, tricoteuse de génie qui crée et vend des kits tout-prêts. Tout est dans la jolie boîte : la laine, les aiguilles, l'aiguille de finition pour coudre la laine et même des surprises (mais si je dis ce que c'est, ce ne sont plus des surprises). Clic, clic, cash, j'ai acheté deux kits pour faire deux snoods simples à réaliser pour ma Petite et moi.
Le truc bien chez Woolkiss : des ouvrages débutants avec de la grosse laine, de grosses aiguilles. Vite commencés, vite terminés !
Et si on veut, on peut continuer, passer au kit suivant (sans forcément acheter les aiguilles si on les a déjà)...

Du coup, j'ai rechopé le virus et me suis promis de continuer lentement mais surement. Sans griller d'étape, point après point.
Ah et j'ai acheté le bouquin de Laure Chopin Arbogast (Madame WoolKiss). J'ai pas moins de TROIS bouquins de tricot pour débuter "facilement", j'ai jamais accroché. Mais celui-là, c'est celui qu'il faut avoir, vraiment.
EASY, le tricot
Voilà, voilà. Avec un peu de chance et de patience, je vous montrerai un jour la petite veste pour bébé que je tricote grâce au bouquin de Laure.
En attendant, je vais continuer à enrichir Laure (le choix de laine ♥ le mérinos pour la layette ♥) et le gigantesque entrepôt de laine de Banlieue-sur-Seine.
Je veux devenir aussi douée que la tricoteuse masquée.

L'année prochaine, je me remets à la couture. Je t'attends Perlipo, si tu ne viens pas, je prendrai des cours !


Ce billet est (un peu) dédicacé à Léonie et Valéry, qui se rappelleront avec un sourire l'histoire des volatiles et du patron Bergère de F...

jeudi 19 mars 2015

La première photo

Si je pouvais je vous montrerais sa trombine et son petit sourire crispé.

Quand la Maîtresse m'a donné la photo, j'étais tellement fière. Et je savais même pas pourquoi.

Si je pouvais je vous montrerais son petit cou gracile et le tee-shirt à noeuds qu'elle a choisi toute seule.

Mais je ne peux pas vraiment. Alors je vous offre ses yeux verts et une touffe de cheveux blonds.

Avec le petit fond bleu des photos de classe ♥

lundi 16 mars 2015

L'Adoption du Gros Russe

 Je n'ai (presque) pas blogué en 2014. Pourtant, il s'est passé plein de trucs dans notre vie. 
En septembre par exemple...

Après huit mois dans notre nouveau chez nous, on s'est dit que c'était le moment. J'en avais toujours rêvé, les enfants aussi.
Alors on (enfin surtout moi), a décidé de se lancer et d'adopter. Vaguement meurtris par le décès brutal de Ramsès le chat dans notre ancienne vie, la décision fut prise néanmoins d'adopter... UN CHIEN. 

Les enfants et moi n'étions pas les seuls décisionnaires (mais ça c'est une autre histoire...), mais très vite, nous avons choisi une race de chien.
J'ai surtout choisi de ne pas acheter de chiot et d'adopter en refuge. Par conviction personnelle et parce que je souhaitais adopter un chien plus âgé, faute de temps pour éduquer un chiot.

La recherche du Chien a été courte. Nous avons tous flashé sur une femelle de 5 ans, à la SPA de Chamarande. Hélas, au moment où j'allais prendre une demi-journée pour aller la chercher...elle a été adoptée. Premier arrivé, premier servi. Et c'est bien normal, elle était superbe et si cette adoption rapide lui a permis de rester moins longtemps en cage, alors banco pour la jolie toutou.

Cet après-midi là, j'ai encore cherché. Et je l'ai vu. Il avait tout juste un an. C'était juste une photo au départ, mais je ne sais pas pourquoi, je me suis dit que c'était lui. Il avait un nom russe que je me suis promis de changer. Mon gros Russe (mais chinois de par sa race).
Il était en refuge à la Ligue de Protection des Animaux de Lille. C'est donc là-bas que nous sommes allés le chercher. C'était le week-end de la Braderie, le 6 septembre dernier.
LPA, SPA, Associations... (message subliminal militant)

En entrant dans le refuge, j'ai eu le coeur serré. Beaucoup, beaucoup de chiens et de chats, abandonnés. Dans la rue pour la plupart. L'être humain est tout de même un gros bâtard parfois non ?

Nous sommes allés sortir le Gros Russe de sa cage avec la bénévole qui en a profité pour nous raconter son histoire. Né fin octobre, le Gros Russe a été acheté dans un élévage et offert comme cadeau de Noël. Passés les premiers mois à s'extasier sur ses plis et sa bouille de nounours, ses maîtres se sont rendus compte qu'un chien (qui plus est de cette race) ça rime avec sorties, bouffe de qualité, éducation et soins vétérinaires. Alors exit le Gros Russe, abandonné en plein centre-ville lillois en plein été... Quelques semaines d'errance, la fourrière puis le refuge. Telle a été sa vie pendant deux mois à notre Russe.

Il était d'une puanteur assez incroyable à dire vrai. Quand la bénévole nous a dit d'éviter de le laver avant une semaine (il venait d'être castré me matin même), j'ai cru que j'allais m'évanouir (mais c'était surement l'odeur qui m'est montée au cerveau).
Son poil était gras et sale, il avait visiblement un souci de peau (mais nous étions au courant) et tirait comme un âne sur sa laisse, manquant de m'arracher un bras. La scène de câlinade à laquelle je m'attendais n'a pas eu lieu. J'ai déchanté. Cette odeur épouvantable était-elle chronique ?
Le trajet Lille-Banlieue sur Seine a été épique (je vous passe la galère du montage de chien dans la bagnole, mon dos s'en souvient encore).

Après quelques jours à la maison, avec une alimentation chère saine, des bilans chez une super véto et plein plein d'amour, le Gros Russe est devenu un shar pei superbe. Ses soucis de peau sont un lointain souvenir, son otite géante et ses entropions aux yeux aussi. Comme tous les membres de la famille, il a sa carte d'identité et sa carte de mutuelle (un choix dont je me félicite).
Nous lui avons donné les bases d'une bonne éducation, mais il a gardé son caractère têtu et c'est le chien le plus gourmand du monde. Il a aussi gardé son nom. C'était tout lu ce nom.
Les promenades avec lui sont une occasion de plus pour les gens de nous dire à quel point il est beau ou à quel point il est moche. Une occasion pour moi d'apprendre à ne pas leur demander de la boucler avant de se prendre un coup de laisse. Chacun ses goûts.
Le Gros Russe ne grogne jamais, donc je ne grogne pas non plus. Il est d'une patience sans limite avec la Petite et n'a plus du tout d'angoisses d'abandon.
Sans doute parce qu'il sait que nous ne l'abandonnerons jamais.
C'est notre chien.

Le Gros Russe aime dormir de façon chelou

mardi 10 mars 2015

Première visite

Ça sent encore un peu la peinture, ne vous collez donc pas aux murs.

Vous pouvez prendre vos aises, il n'y a encore aucun meuble.

Sur la porte, il y a mon nom et même ma tête. Vous ne pouvez donc pas vous tromper de blog.

Si vous désirez aller aux toilettes, et bien retenez-vous. On est sur un blog hein.

Il y a des enfants et des animaux ici, je préfère vous prévenir. Bruyant donc et pas toujours clean. Mais VIVANT.

On ne fera pas de jeux ni de concours avant au moins 10 ans mais je recherche quelqu'unpour jouer au Trivial Pursuit avec moi depuis plusieurs années.

Une fois meublé, ce petit bout de moi vous rappelera que c'était juste un au revoir et pas un adieu et que vous serez aussi bien ici que sur les Humeurs.

Je crois que je vous ai tout dit. Ah oui, j'oubliais, l'avatar. Je veux dire la reproduction de moi-même par le paramétreur de ces lieux. Je dois dire qu'il est assez fidèle à la réalité : mes cheveux ont réellement ce petit reflet mignon sur le dessus. Et j'ai réellement ce petit bout de ventrou, résidu de mes grossesses.

Vous noterez, en regardant en bas à droite, que mes fesses sont galbées et que je suis vachement cambrée. Je veux dire plus que d'habitude.

Vous noterez également que mes seins sont gros (j'ai envie de dire comme d'habitude mais bon...).
Mes seins sont gros donc, il est donc PARFAITEMENT INUTILE que je m'étende sur l'auteur de ce dessin. Si vous fréquentez les internets mondiaux, vous le connaissez très probablement.

Pas la peine donc, de le remercier publiquement non plus. J'ai payé le prix fort pour ses capacités à mettre un blog en forme.
Il m'avait demandé 8000 euros, mais on a négocié et à la place, j'ai envoyé 2 photos de mes seins nus + 3 photos de mes seins nus avec des figurines de W40K posées dessus.
Les prix flambent. C'est la CRISE.

Contente de vous retrouver à part ça. 

Le bonhomme oeuf/épinards est lui aussi très content.